Un Record et une cartographie sonore des Océans

Cet automne, Romain Pilliard s’élancera en double sur le trimaran de l’économie circulaire à l’assaut de l’un des plus difficiles records de la course au large, le Record du Tour du Monde à l’envers, contre les vents et les courants dominants. Pendant près de quatre mois, sur une route maritime rarement empruntée, le skipper deÚselo de nuevo! mettra à profit les milles parcourus pour étayer le travail d’Olivier Adam, scientifique spécialiste des émissions sonores des cétacés et de la pollution sonore des océans. Ainsi Romain récoltera des données sur la présence de cétacés dans des zones encore jamais explorées et réalisera une cartographie du paysage sonore des océans, une première mondiale !
 
Les compétences de chacun au service de l’Océan
Ambassadeur deRespectOcean depuis 2019, Romain Pilliard rencontre Olivier Adam*, Professeur à Sorbonne Université, chercheur en bioacoustique, spécialiste des émissions sonores des cétacés, en novembre dernier à l’occasion d’une projection-débat sur la thématique du bruit sous-marin, organisée par l’Association de Raphaëla Le Gouvello. La protection de l’Océan est – avec le développement de l’économie circulaire – au cœur des préoccupations de l’équipe deÚselo de nuevo! «Cette collaboration avec Olivier Adam est partie d’un constat très simple, les scientifiques manquent cruellement de données pour recenser les cétacés notamment dans les zones les plus reculées, or je m’apprête justement à naviguer à la voile dans certaines parties de l’océan où peu de bateaux s’aventurent. C’est une occasion unique de recueillir des données autour du monde »,précise Romain Pilliard.L’œil de « Moby » a toujours veillé sur ce trimaran de légende.
Úselo de nuevo! est l’ancien trimaran d’Ellen MacArthur. Pour la petite histoire, « Moby » était le surnom que la navigatrice britannique avait donné au bateau lors de son tour du monde en 2005, convaincue de l’aura protectrice du cétacé dont l’œil bienveillant arborait la coque centrale. Quelques jours avant le départ de la Route du Rhum en 2018, Romain Pilliardpar superstition ?avait à son tour, apposé l’oeil de Moby sur l’étrave deÚselo de nuevo!.

Sur ce Tour du Monde à l’envers, il sera à l’écoute de ses congénères !
Le trimaranÚselo de nuevo! sera ainsi équipé de micros sous-marins, actuellement en phase de test. «Je suis très heureux que Romain puisse collaborer avec nous. Son travail consistera à combiner les observations visuelles et surtout acoustiques car certains cétacés sont plutôtdes espèces de profondeur comme les cachalots ou les baleines à bec, et donc plus difficiles à voir en surface. Avec l’acoustique, on peut savoir si elles sont présentes dans la zone, sans même les avoir vues. On s’intéressera aussi à leurs comportements notamment sur le fait qu’ils soient attirés ou non par le trimaran », explique Olivier Adam. Les systèmes de micros embarqués seront notamment positionnés en avant de la dérive et dans le sillage du trimaran à l’aide d’une perche dédiée. Ainsi la présence de cétacés pourra être détectée jusqu’à 30 milles par temps clair autour de la position deÚselo de nuevo! tout au long de son Record du Tour du Monde à l’envers.« Ces milliers d’heures d’enregistrements permettront également de réaliser une cartographie du paysage sonore du parcours de Use It Again ! pour mesurer l’impact de l’Homme sur l’Océan en faisant des comparaisons entre les océans et en déterminant les différentes nuisances sonores entre des zones avec du trafic maritime et des zones sans », ajoute Olivier Adam.

En parallèle, un second projet est à l’étude, le skipper prélèvera régulièrement des échantillons d’eau de mer qui serviront ensuite, une fois filtrés, à déterminer la présence de cétacés en recherchant des traces d’ADN environnemental (ADN pouvant être extrait à partir d’échantillons environnementaux comme l’eau ou la terre).
 
   
*Commissaire de l’exposition Baleinopolis qui s’est tenue du 28 sept 2019 au 13 mars 2020 à Paris, Olivier Adam est aussi l’auteur de deux livres sur les cétacés et a publié plus d’une cinquantaine d’articles dans des revues scientifiques. Ses projets scientifiques actuels portent sur les interactions mère-baleineau chez les baleines à bosse, l’étude étho-acoustique des cachalots et la description des paysages sonores sous-marins.